Désolé, le clic droit est interdit sur notre site afin de protéger les créations des artistes qui nous font confiance.
logo

Lionel Bouffier

Lionel Bouffier est rentré en collision avec la photographie lors d'une blessure qui l'empêcha de pratiquer l'une de ses passions le skateboard, ainsi il commença à figer ses amis talentueux pour le plaisir en essayant de sublimer les mouvements et les lieux si particulier à ce sport. l'univers urbain dans lequel il évolue ne le laisse pas indiffèrent, il travaille principalement de nuit a cette période, et la deshumanisation de son environnement le pousse à vouloir remettre l'homme au centre de ses mise en scène photographique afin de raconter une histoire sur cet univers qu'il s'est lui même crée et qui à l'évidence ne le rend pas heureux et ne va pas dans le bon sens.
Durant environ 10 ans il construit peu à peu sa série URBANITE comme une urgence, une évidence, les images sont déjà dans sa tête avant même la prise de vue. Puis après cette longue période, il ressent le besoin de changer radicalement en s'inspirant de la nature pour poser le cadre de sa série SAUVAGE dans laquelle déambulent des humains se cherchant des buts, une quête, incapable de revenir à l'essentiel.

A présent, l'urgence a fait place à un travail plus ouvert ou il ne s'interdit rien, tel que traiter les interdits religieux, mais aussi un projet plus minimaliste en noir & blanc et des montages s'apparentant à des collages.
D'une manière générale il reste curieux de tout et la mise en scène reste son domaine de prédilection pour donner son point de vue sur la société au travers d'images qui se veulent esthétisantes.

A la découverte de Lionel Bouffier

Rencontre avec l'artiste

Qui êtes vous en quelques mots?

Autodidacte je suis venu a la photo par le sport, puis mon travail s'est orienté sur la photo plasticienne.
Au travers la mise en scène que j'affectionne bien plus que l'instantané, j'essaie de m'exprimer sur des thèmes qui me tiennent à cœur.

Quel est votre parcours?

Avec URBANITE j'ai voulu confronter l'homme avec son environnement urbain pour le mettre face à sa fragilité et à ses choix, cette série m'a pris environ 8 ans. durant ce laps de temps, mon style et mes aspirations ont évolués mais la narration est restée intacte.
 
Puis j'ai commencé une nouvelle série, SAUVAGE ou j'ai produit des images dans  la nature, en opposition avec mon précédent travail.le but étant de souligner l’impossibilité de l'homme à revenir à une vie simple et en accord avec la nature et la spiritualité.
 
A présent j’ébauche un regard sur la religion et ses interdits, en essayant de mettre en scène des situations qui dénoncent ces états de faits et les problème que cela engendre.

Quelles sont vos inspirations?

Mes inspirations sont multiples, dans un premier temps David Lachapelle pour sons sens de la lumière et du too much, puis Gregory Crewdson pour son sens du cadrage et de l’étrange, à présent Gerard Rancinan pour son implication plus politisé et parce qu’il est français et que ce n’est pas simple ! mais je puise mes inspirations au quotidien et dans les musées aussi.

Avez-vous une anecdote de votre vie d'artiste?

Concernant des anecdotes, lors des mises en scènes compliqué que j’ai du parfois mettre en œuvre, notamment pour URBANITE, ou je n’ai pas toujours demandé les autorisations nécessaires, il y aurait une anecdote par photo! mais une me revient, lors d’une prise de vue ou nous étions sur un toit d’immeuble et que nous commencions a peine, la police est arrivée et commence a nous déloger, un ami entreprend de discuter pour temporiser, moi je décide de continuer et en une prise j’ai la photo qu’il me faut, la ou sans leur intervention et sans la pression j’aurais peut être mis des heures !...

De quoi êtes-vous le plus fier?

Celle dont je suis la plus fière, c’est dure a dire car après chaque projet finalisé tu es fier comme jamais! bon en tout cas mon choix se porte sur celle ci car le lieu était vraiment hostile et j’y ai emmener ma fille qui savait à peine marcher à l’époque et je l’ai mise en scène. Le résultat est intemporel et en dit long sur notre société moderne.

Si vous pouviez faire 3 vœux que feriez-vous?

Mon vœu avec une baguette magique, arrêter les bouleversements climatiques qui vont nous rendre la vie très dure prochainement.

Vous avez carte blanche pour quelques mots

Ma carte blanche porte sur les religions, sujet universel qui touchent toutes les strates de la population, en tant qu’athée je voudrais juste qu’elles arrêtent de faire de la politique et se serait déjà pas mal !

Ses œuvres